Jean Véronis
Aix-en-Provence
(France)

mardi, février 26, 2008

La Croix: "Casse-toi, pauvre con"

Solenn de Royer a interrogé plusieurs linguistes sur le fameux « Casse-toi pauvre con » du chef de l'Etat.

Des linguistes jugent l'usage de la familiarité par Nicolas Sarkozy

Nous avons interrogé plusieurs linguistes sur l'usage de la familiarité au sommet de l'État. Ils soulignent la nécessité d'adapter son langage à sa fonction.

...

Le professeur de linguistique, Jean Veronis, ne dit pas autre chose : selon lui, la campagne présidentielle a inauguré « une séquence d’abolition des codes et des repères » fondateurs de la société. « Le policier ne doit pas parler comme le voyou, ni le président comme l’homme de la rue. Ce faisant, il affaiblit la fonction et s’affaiblit lui-même. Nul ne peut dire comment cette séquence va se terminer. »

[A lire sur le site de La Croix]


2 Commentaires:

Blogger Vincent² a écrit...

Toujours aussi bien La Croix.

J'ai bien aimé Paul Bacot : "Il s’agit d’un terrorisme symbolique". Et la conclusion est très pertinente.

Quand je le vois s'agiter comme ça, je me dis : Que diable allait-il faire dans cette galère ?

Au fait, il utilise combien de mots, Nicolas Sarkozy ? 100? 200?

mercredi, février 27, 2008 9:29:00 AM  
Anonymous Anonyme a écrit...

Une petite analyse sémantique de "pauvre" dans l'idiolecte sarkosien ?
cecile.stm

mercredi, février 27, 2008 9:29:00 AM  

Enregistrer un commentaire